occidentale Méthode

Méditation Yogique

sep portail
Spiritualité Indienne

 

La Méditation Yogique - Qu'est ce que c'est ?

  • La méditation Yogique trouve sa place dans la pratique posturale et respiratoire du yoga. Elle est la septième étape du Yoga de Patanjali qui en comporte huit. Le méditant yogi s’entraîne à ralentir, voir stopper le flux des ses pensées. le mental se calme (les images et le pensés se font moins nombreuses), et la concentration se maintient plus durablement.
  • En pratique
    En posture assise avec ou sans un mantra, avec ou sans le son « OM » (prononcé A-OU-M). Dans un premier temps, si besoin, le méditant jogi peut stabiliser sa concentration grâce à un « objet » (un point imaginaire, un image, une forme géométrique, une déité).
  •  Pour quels résultats?
    Cette technique méditative développe une meilleure conscience de soi, renforce l’équilibre et l’harmonie entre le corps et l’esprit ainsi que le calme et la clarté mentale. Elle permet aussi de récupérer de l’énergie vitale !
  •  Les + que je peux y trouver
    Si vous pratiquez le yoga, ce sera pour vous l’occasion d’approfondir votre connaissance des techniques de respiration.
  • Dhyana la méditation yogique désigne la technique par laquelle on maintient une attention exclusive (sur un seul objet) pour résorber les fluctuations de l'esprit.  La méditation dhyana est l'un des anga  des composants du yoga mais elle se retrouve dans d'autres traditions dont le bouddhisme  et dans d'autres pratiques.  Reconnue pour ses vertus thérapeutiques elle gagne maintenant les hôpitaux, les écoles et le entreprises. Elle permet en faisant  le silence dans sa tête  et la paix dans son cœur de s'affranchir des états mentaux qui entretiennent nos souffrances (et celles des autres) pour trouver la paix intérieure.
  • Dans la concentration  dharana  c'est le mental qui est sollicité, il y a une effort conscient pour repousser les pensées et les perceptions sans intérêt par rapport à l'objet choisi.  Dans la méditation  dhyana  c'est la conscience profonde  qui est sollicitée:  il y a un flux constant de sensations en provenance de l'objet et d'attention en direction de l'objet,  sans aucun effort de volonté. La relation entre sujet et objet n'est plus perceptible.
    Dans la vie courante notre cerveau s'habitue à fonctionner dans un mode où les pensées sont orientées vers la  résolution de problèmes. Ce mode  est bien utile pour la résolution de problèmes quotidiens, mais en cas de situation émotionnelle difficile, de  stress prolongé, de douleurs chroniques, de situations conflictuelle, les pensées prennent le dessus: nous anticipons, nous ruminons, nous ressassons ce qui a pour conséquence d'entretenir les émotions désagréables qui  nous envahissent.  La méditation  permet de rompre  ce cercle vicieux. Par la méditation on apprend à se libérer  de ses schémas cognitifs. On n'évite pas la sensation désagréable mais on la ressent sans la laisser s’amplifier:  c'est le lâcher prise.

La méditation yogique demande  à se concentrer en portant toute son attention sur un support de méditation (extérieur) qui peut être un texte, un son, un objet, etc. L'attention se focalise sur le support de méditation. Lorsque des perturbations (pensées images perceptions sensorielles) émergent il est suggéré de les laisser passer sans les retenir sans les diriger  et de recentrer son attention sur le support de méditation. 


 

Shreyas yoga class

 

Dhyana la méditation yogique

Ce terme désigne des états de concentration cultivés dans l'hindouisme, le bouddhisme, et le jaïnisme. Il est souvent traduit par « absorption », bien qu'étymologiquement il signifie simplement méditation ou contemplation. Le terme méditation est utilisé aujourd'hui comme un mot désignant de nombreuses techniques en occident. Historiquement et pour le sous-continent indien, dhyana en est le plus proche.

Patañjali, le compilateur des Yoga Sūtra, en fait une étape préliminaire du samādhi. Les deux termes sont interchangés pour désigner ces états de conscience « transcendants ». Par exemple, les traductions Ch'an en chinois, Sŏn en coréeen, Thiền en vietnamien et Zen en japonais sont des noms d'écoles de dhyāna bouddhistes, dérivées les unes des autres, où dhyāna prend ce sens fort de samādhi.

On rencontre plus souvent, en bouddhisme, le terme pāli jhāna, parce que les enseignements qui y sont liés sont plutôt une préoccupation de l'école Theravāda.


 

Aulani laniwai spa and fitness center yoga on the beach g

 

Postures de méditation

Il y a cinq positions assises classiques dans le Yoga:

  • Sukhasana - la posture confortable (en tailleur)
  • Siddhasana - la posture parfaite (sans illustration)
  • Vajrasana - assis sur les talons
  • Ardha Padmasana - le demi lotus
  • Padmasana - le lotus
    Dans toutes ces positions assises qui conviennent pour la Méditation et le Pranayama, il faut vérifier que: le buste est droit et vertical la tête, le cou et le dos sont alignés les épaules et les abdominaux sont relâchés, les mains reposent sur les genoux, les yeux sont fermés, le corps reste immobile pendant la pratique.
  • Sukhasana – la posture confortable.
    Cette posture assise est recommandée pour la pratique du Pranayama et de la méditation à toutes les personnes qui ont des difficultés à rester assis durant une longue période en Siddhasana, Vajrasana ou Padmasana.
  • Pratique:
    Asseyez-vous avec les jambes tendues. Pliez les deux jambes et placez le pied droit sous la cuisse gauche et le pied gauche en dessous, ou devant, le mollet droit est au sol. Si cela vous est plus confortable, inversez le croisement des jambes. S’il vous est difficile de garder le corps droit, alors asseyez-vous sur un coussin à la hauteur appropriée pour que la posture soit confortable.
    S’il ne vous est pas possible de vous asseoir confortablement et sans douleur en Sukhasana, pratiquez les exercices respiratoires et la méditation assis sur une chaise. Le point le plus important pour tous est de garder le haut du corps droit ; le corps est détendu et peut rester immobile pendant toute la durée de l’exercice.
     
  • Siddhasana – La posture parfaite.
    Siddhasana apaise l’esprit, exerce un effet équilibrant sur les Nadis (les nerfs), et active l’énergie spirituelle des Chakras. Donc, cette posture assise convient tout à fait à la pratique du Pranayama et de la Méditation.
  • Pratique:
    Asseyez-vous avec les jambes tendues. Pliez la jambe droite et placez le pied sur le sol tout près du corps. Maintenant pliez la jambe gauche et placez le pied gauche en haut de la cuisse droite. La plante du pied touche la cuisse droite. Glissez les doigts du pied droit entre la cuisse et le mollet de la jambe gauche et les doigts du pied gauche entre la cuisse et le mollet droits. S’il vous est difficile de garder le corps droit ou si les genoux ne touchent pas le sol, alors asseyez-vous sur un coussin à la hauteur appropriée.
    Il est également possible de pratiquer cette position en pliant la jambe gauche en premier et en amenant le pied droit le long du mollet gauche.
     
  • Vajrasana – la position assise sur les talons.
    Vajrasana calme et harmonise le corps et l’esprit. Cette position stimule également la digestion et il est donc recommandé de s’asseoir en Vajrasana environ 5-10 minutes après un repas.
  • Pratique:
    Levez-vous sur les genoux. Les jambes sont rassemblées. Les deux gros orteils sont en contact, les talons sont légèrement orientés vers l’extérieur. Penchez le haut du corps vers l’avant puis asseyez-vous entre les talons. Le buste est droit. Placez les mains sur les cuisses.
     
  • Ardha padmasana – le demi-lotus
    Cette posture est recommandée à ceux qui ne peuvent pas s’asseoir confortablement en Padmasana.
  • Pratique:
    Asseyez-vous avec les jambes tendues. Pliez la jambe droite et placez le pied tout en haut de la cuisse gauche sur le sol. Maintenant, pliez la jambe gauche et placez le pied en haut de la cuisse droite. Le haut du corps est droit. Les deux genoux doivent rester au sol. Si vous ne pouvez pas garder le corps droit ou les genoux au sol, alors asseyez-vous sur un coussin à la hauteur appropriée.Cette posture peut également être effectuée en pliant la jambe gauche en premier et en amenant le pied droit sur la cuisse gauche.
     
  • Padmasana – le lotus
    Padmasana ainsi que Shirshasana (la posture sur la tête), sont considérés comme les Asanas suprêmes ou “royaux” . La posture du Lotus active et équilibre les Chakras et apaise les pensées. C’est la posture assise idéale pour le Pranayama et la Méditation.
  • Pratique:
    Asseyez vous avec les jambes tendues au sol. Pliez la jambe droite et placez le pied tout en haut de la cuisse gauche. Maintenant, pliez la jambe gauche et posez le pied aussi près que possible du corps sur la cuisse droite. Le haut du corps doit être complètement droit et les genoux touchent le sol. Pour garder plus facilement le buste droit et pour aider les genoux à rester au sol, asseyez-vous sur un coussin à la hauteur appropriée.Cette position peut également être effectuée en pliant la jambe gauche en premier, puis la droite.
     
  • Position des mains
    Des Mudras spécifiques sont utilisés en coordination avec les exercices de respiration et de concentration, et également pour la méditation. Un Mudra est une position ou un geste qui est pratiqué pour signifier une expression ou atteindre un but spécifiques.
  • Chin Mudra – Position des doigts pour la méditation
  • Pratique:
    Dans la posture de méditation, placez les mains sur les genoux avec les paumes tournées vers le haut. Le pouce et l’index se touchent et les autres doigts restent tendus mais relâchés. Chin Mudra représente l’union de la conscience cosmique avec la conscience individuelle. L’index représente la conscience individuelle et le pouce la conscience cosmique. Les trois autres doigts symbolisent les trois Gunas, les trois qualités fondamentales du monde . Le but du Yogi est de s’élever au-dessus des trois Gunas et de s’unir avec le Moi cosmique.
     
  • Pranayama Mudra – Position des mains pour les exercices respiratoires.
  • Pratique:
    Placez l’index et le majeur de la main droite sur le point situé entre les sourcils, au milieu du front. Le pouce est utilisé pour boucher la narine droite et l’annulaire pour boucher la narine gauche. Si le bras droit se fatigue lors de la pratique, il est possible d’utiliser le bras gauche.Lors d’une pratique du Pranayama de longue durée, il est recommandé d’utiliser un bâton spécial (Yoga Danda).

Namasté.

Portail bare sep logos 33

 

Apprendre la Méditation de tradition Yogique avec Occidentale Méthode

Pratique tradition yogique

 

Chaîne YouTube Occidentale MéthodeFacebook 03 Logo occidental methode meditationContact logo   Faire un don paypal